514-919-2775 info@herencias.ca

Notice: class-oembed.php est obsolète depuis la version 5.3.0 ! Utilisez wp-includes/class-wp-oembed.php à la place. in /home/herencia/public_html/wp-includes/functions.php on line 4719

© Ayodele Mzilikazi

A stunning exploration of naked vulnerability and self discovery.

Martin Lukacs, The Guardian

Indivisible est un spectacle interactif découlant d’un univers stylisé en dessin d’animation, de danse contemporaine et de textes de spoken word. Le concept imaginé par Nadia Chaney traite de la relation intrinsèque liant les opposés. Les visuels qu’elle a créés à partir d’une longue série de dessins automatiques composent, en sept actes, l’histoire d’une quête de transformation et d’intimité. Ce monde onirique, auquel participe de façon puissante le duo chorégraphié par Julio Hong, est sublimé par le paysage sonore électro-néo-traditionnel de Rup Sidhu. À travers cette interdisciplinarité affirmée, l’équipe de co-créateurs cherche à éveiller l’imagination du public, qui, au signal de Nadia, fera part de ses impressions, par écrit ou par texto, tout au fil du spectacle. Entre les mains et la voix de Nadia, ces impressions formeront le matériau d’une poésie parlée en temps réel.

Indivisible est un périple surréaliste, sublime et intime qui propose de dépasser le ressenti  des oppositions irréconciliables existant souvent face au monde ou face à soi-même : sentiment de cassure, de déchirement, d’aliénation. Indivisible démontre en effet que nous ne sommes jamais divisés, jamais seuls, et que même nos rêves les plus intimes comptent.

Détails Techniques

Première mondiale – 2018, Montréal
Équipe de tournée – 2 danseurs, 1 chorégraphe, 1 artiste de spoken word, 1 directeur de production, 1 technicien
Durée – 45 minutes
Type de public – certains contenus s’adressent aux adultes
Espace requis – scène intérieure, capacité maximale 250
Autres – projection vidéo et tapis de danse Marley

 

 

© Ayodele Mzilikazi

Presse

« A stunning exploration of naked vulnerability and self discovery »
Martin Lukacs, The Guardian

Plus de témoignages

«C’est un hymne au rêve et à l’amour qui se traduit par le débordement de l’imaginaire et l’expression de la jouissance. »
Hanen Hattab, Avant-Première

« Like entering another’s dreamscape – mesmerizing, enchanting, unsettling – that I didn’t want to leave »
Bronwen Low, Urban Arts research and Associate professor at McGill University

“Beautiful embodied dancers move through the choreographic repertoire with a generous and focused intention that is engaging an unpredictable. I love the performance because it allowed for the audience to have a voice in the interdisciplinary presentation and exploration. »
Mutya Macatumpeg, Professional dancer/singer/songwriter Vancouver, British Columbia

Bio

Nadia Chaney est une poétesse primée dans le style spoken word dont les œuvres sont publiées. Elle est aussi facilitatrice en arts communautaires, musicienne, artiste de non-fiction narrative et artiste émergente en arts visuels. En raison de son intérêt envers la multidisciplinarité artistique, elle désigne comme ses projets marquants les suivants: le Psi Co Sly Show (Vancouver, 2001), à la fois diaporama sculptural en musique drum’n’bass et forum communautaire tenu sur Commercial Drive; une collaboration de danse-musique-poésie-narration illustrant  la version de l’écrivaine mohawk Pauline Johnson de l’histoire des montagnes Two Sisters, qui s’élèvent sur la rive nord de Vancouver (Sistahood Festival, 2006); la production Myrtle Silverspot présentée au Sistahood Festival 2009 et qui mêle musique, danse, projections et théâtre; A440Hz Electromagnetic Explorations, une installation mixte peinture-musique-poésie-science montée pour le Vancouver New Forms Festival 2007.  Et avant Indivisible,  Illuminator, présentée en décembre 2016 à Seattle, dans le cadre de Stay Happy Collective. Le travail en arts visuels de Nadia Chaney comprend, lui,  trois expositions collectives et une exposition solo dans un café, ainsi que le projet de pratique sociale Art Manicures, qui s’est étalé sur 5 ans. La pratique visuelle de Nadia demeure autrement inédite. Nadia est née à Saskatoon de parents indiens immigrants de première génération. Elle a grandi à Ottawa, a gagné en maturité à Vancouver et vit actuellement à Montréal, trois lieux qu’elle reconnaît comme territoires traditionnels de peuples autochtones, qui en sont les gardiens légitimes. En savoir plus sur Nadia.

Partager